Un règlement qui pousse à la collaboration interservices

La prochaine entrée en application du règlement général sur la protection des données (RGPD) fait le buzz. Certains spécialistes n’hésitent pas à comparer l’ampleur des projets et leur coût à ceux qui avaient été conduits lors des passages à l’euro et à l’an 2000.

Les éditeurs d’outils collaboratifs sont les rares à ne pas avoir sauté sur l’occasion pour mettre en avant leurs solutions, contrairement aux spécialistes de la sécurité, de l’analyse des données, de la gouvernance, du stockage, de la gestion de la relation client…

Leurs solutions sont pourtant amenées à jouer un rôle important pour soutenir ces programmes d’entreprise. La mise en conformité avec le règlement européen requiert, en effet, une collaboration étroite entre, au minimum, les directions métiers, des systèmes d’information et juridique.

Outiller des échanges transversaux et mobiliser des ressources

A ce titre, les plates-formes collaboratives fournissent une infrastructure pour outiller les échanges transversaux aux différents stades d’avancement du projet : en amont pour aider à cartographier les données personnelles, lors du développement de nouveaux services pour étendre les équipes et associer des profils juridiques et, en aval, pour sensibiliser l’ensemble des équipes et répondre à leurs questions.

Texte de principes accordant une large place à l’interprétation, le règlement européen nécessite des échanges et une recherche d’équilibre permanente entre des services dont les objectifs peuvent aller dans des sens contraires. C’est le cas, par exemple, des types de données à collecter ou de leur durée de conservation.

Comme pour d’autres projets de transformation, les réseaux sociaux d’entreprise apportent une réponse pour mobiliser des ressources multiples et diverses et accompagner le changement.

Promo Newsletter