Start up

Influents, le réseau social facilitateur de participation citoyenne

Transformer la volonté d'influence des individus en contribution positive pour la démocratie locale, c'est l'ambition d'Influents. Pour atteindre cet objectif, cette plate-forme communautaire – qui se distingue par ailleurs très nettement du classique réseau social – s'appuie sur des mécanismes de gamification et du coaching.

Aujourd'hui en fin de développement, Influents entrera bientôt en phase de bêta-tests, pour un lancement public prévu avant l'été, mais en Loire-Atlantique seulement dans un premier temps.

Son concept est en effet né à Nantes, du projet de fin d'études d'un jeune designer d'interaction, Bastien Kerspern, diplômé depuis septembre dernier d'un master de l'école de design de Nantes Atlantique.

L'apport du design aux pratiques de la démocratie

« Avant de me lancer dans le design numérique, j'avais hésité à faire des études de politique, confie-t-il. Et, finalement, après avoir perçu des synergies possibles entre la manière de mener un projet de design et celle de concevoir une politique publique, je me suis retrouvé à consacrer mon projet de fin d'études sur ce que pouvait apporter le designer à la démocratie. »

Parmi les pistes esquissées dans ses travaux sur la transparence et la participation citoyenne, il décidera de mener jusqu'au bout, après ses études, celle lui paraissant la plus prometteuse, soit la plate-forme Influents. Avec lui dans l'aventure, Robin Brisa, situé dans la région de Chambéry et qui assure le développement technique.

Les deux acolytes collaborent régulièrement ensemble depuis cinq ans maintenant. Mais ils se sont rencontrés physiquement pour la première fois il n'y a qu'une dizaine de jours, lors de la 17e édition d'Innovact, le Forum européen de la start up innovante organisé par la CCI de Reims Epernay, où leur projet a remporté le premier prix des 11e Innovact Campus Awards.

Valoriser de manière ludique la participation à la démocratie locale

L'objectif d'Influents est d'abord de créer du lien entre des acteurs traditionnels de la démocratie locale – institutions publiques, associations, entreprises citoyennes – et des personnes désireuses de faire valoir leur opinion ou leurs idées mais sans spontanément se tourner vers les premiers.

« Le parti pris est de travailler sur l'influence individuelle, explique Bastien Kerspern. Plutôt que de déplorer l'individualisme, nous essayons de le détourner en faisant en sorte que les personnes développent leur pouvoir individuel à travers leur participation à des événements d'intérêt général, à la démocratie locale, cela en misant sur des mécanismes de gamification. »

Sur Influents, les institutions publiques, associations et entreprises citoyennes proposent donc leurs événements aux membres de la plate-forme et, lorsqu'ils y participent, ces derniers gagnent des points leur permettant de progresser en termes de reconnaissance de leur influence.

« Pour un public jeune par exemple, traditionnellement absent du débat démocratique mais qui a envie de s'engager, Influents peut constituer un moyen de franchir le pas, illustre Bastien Kerspern. Inversement, il permettra à des acteurs du territoire de capter une population plus jeune que leur public habituel, ou encore d'identifier de futurs leaders d'opinion, des interlocuteurs intéressants pour leurs événements... »

Un réseau social empruntant des voies de traverses

Pour ces derniers acteurs, la plate-forme est également susceptible de leur apporter des retours grâce auxquels améliorer leurs événements, puisque les membres qui y ont participé peuvent gagner des points supplémentaires en donnant leur avis sur leur déroulement.

Enfin, l'autre grande fonction d'Influents est celle liée à l'accompagnement. Un aspect représenté par une dimension analytique, permettant aux membres de mesurer leur progression, mais aussi par du coaching, à travers des guides pratiques qui aident à développer son influence, en expliquant comment prendre la parole en public, formaliser une idée, etc.

Zoom sur Influents

Influents, calcul de l'influenceAvant de s'inscrire sur Influents, la personne est invitée à répondre à une dizaine de questions visant à évaluer son niveau initial d'influence citoyenne. On lui demande, entre autres, si elle est membre d'une association, d'un parti politique, quel est son activité sur les réseaux sociaux...

Influents, accueilLa page d'accueil d'influents permet d'accéder aux six grands espaces de la plate-forme. En en-tête, le niveau d'influence du membre est rappelé ainsi que le prochain événement citoyen organisé.

Influents, événementsChaque événement citoyen proposé par une institution, une association, une entreprise citoyenne dispose d'une fiche où est notamment indiqué le nombre de points qu'il rapporte, points qui permettront au membre qui y a participé de progresser en termes de niveau d'influence citoyenne.
A côté de ces événements physiques, la plate-forme dispose aussi d'un espace Coups de pouce en ligne, où des acteurs de la démocratie locale peuvent solliciter les membres d'Influents pour une action en ligne : répondre à un questionnaire, signer une pétition, participer à un travail collaboratif...

Influents, profilSur sa page de profil, le membre voit notamment le niveau d'influence qu'il a atteint sur les 20 existants. En plus de ces niveaux, il existe six domaines de compétences : Administration locale, Culture, Développement durable, Economie locale, Solidarité, Transports. Lors de son inscription, le membre a pu indiquer un de ces domaines de compétence, et il peut débloquer les autres en fonction des événements auxquels il participe. Une fois une compétence débloquée, celle-ci agit comme un bonus et double le nombre de points obtenus lors de la participation à un événement qui la concerne.
Si la plate-forme ne permet pas aux membres de communiquer entre eux, chacun peut en revanche indiquer sur sa page de profil des liens vers une adresse mail, des comptes de réseaux sociaux, un blog, etc.

Bien que social, Influents se distingue pourtant de manière assez radicale des réseaux sociaux classiques. Les différences les plus flagrantes sont ainsi l'absence de flux d'activité et de réseau de relations.

« Nous n'avons pas la prétention d'être une plate-forme d'intelligence collective, souligne Bastien Kerspern. D'autres, à l'image de Parlement & Citoyens par exemple, dédié à la co-création de lois, ont d'excellents mécanismes pour cela. Influents vise plutôt à faciliter les interactions démocratiques. Son influence, la personne se la construit lors des événements, dans le prolongement de l'expérience que l'on propose, mais en dehors de la plate-forme. »

Pas d'espace conversationnel ni outil de communication, donc. En revanche, si l'on ne peut constituer un réseau relationnel au sens habituel, il est possible de mettre des marque-pages pour retrouver facilement des profils que l'on veut suivre.

Un projet mené en mode collaboratif

Ces choix fonctionnels découlent du travail mené en amont pour concevoir la plate-forme, un travail qui s'est fait en liaison avec des acteurs du territoire, à travers un grand nombre d'interviews et d'ateliers participatifs, mais aussi grâce à de l'immersion dans des projets annexes qui ont permis de formaliser les enjeux.

Parmi les choix opérés, il a également été décidé que l'espace de la communauté, qui rassemble tous les membres, jouerait la carte de la transparence : tous les profils sont ainsi publics et indiquent à quels événements les membres ont participé, comment ils ont gagné des points.

« L'on va à rebours du lobbying classique, où tout se fait dans l'ombre, remarque Bastien Kerspern. Même si les membres ont la possibilité d'être anonymes. » Seule obligation dans ce dernier cas, indiquer son département, puisque la plate-forme est prévue pour être structurée par zones d'influence, en l'occurence à l'échelle du département.

Des appuis au niveau local comme national

Dans l'immédiat, comme dit plus haut, seul le territoire de la Loire-Atlantique sera cependant concerné par le lancement d'Influents, qui tire d'ailleurs ses spécificités de ce département très actif en termes de démocratie participative et sur le plan associatif.

« Il a été conçu avec les acteurs de ce territoire, pour répondre à leurs besoins, nous le testons donc d'abord ici, précise Bastien Kerspern. L'objectif est bien sûr de l'ouvrir à terme au plan national, mais cela nécessitera peut-être de revoir le périmètre des zones d'influence, tous les territoires n'ayant pas le même degré d'activité en termes d'action citoyenne. »

Côté modèle économique, les deux créateurs ont souhaité un ancrage fort dans la plate-forme : ils envisagent ainsi de vendre certains des guides pratiques qu'elle proposera, pour un montant allant de 2 à 5 euros, mais aussi de monétiser des retours apportés aux agences de communication, institutions, partis politiques, etc., sur les événements qu'ils ont organisés.

Pour l'instant, c'est cependant en mode garage qu'ils mènent leur projet, à côté de leurs activités professionnelles respectives. « Nous avons la chance de fédérer les contributions de différents acteurs, notamment d'associations nous aidant à porter le projet, au plan local, mais aussi national avec le collectif Démocratie ouverte, explique Bastien Kerspern. Nous avons réfléchi à la manière de faire vivre la plate-forme au niveau usage comme financier et réfléchissons à la structure juridique que nous adopterons. Mais, à ce stade, Influents reste d'abord une expérimentation », conclut-il.

• Se rendre sur le site Influents (avec une vidéo de présentation) : c'est ici
• Voir le mémoire de fin d'étude de Bastien Kerspern : Les nouveaux paradigmes de l'action citoyenne

Promo Newsletter