Des communautés qui résistent aux réorganisations

C’est arrivé chez Orange. En 2013, la R&D de l’opérateur, qui avait déjà connu plusieurs évolutions de ses missions et périmètres par le passé, s’est rapprochée de la direction plateforme de services avec comme mission d’accompagner le groupe dans la transformation de l’écosystème numérique.

La réorganisation n’a pas condamné la communauté des correspondants KM, en charge de la gouvernance de l’information. Sa soixantaine de membres continuent de traiter des sujets tels que la stratégie de gestion documentaire partagée, l’accompagnement des utilisateurs, l’amélioration de l’utilisation des outils, la mutualisation des demandes d’évolution...

« La structure formelle évolue, mais la communauté perdure », note Jeanne Damay, responsable Knowledge Management des Orange Labs. Le cas n’est pas inhabituel, comme le confirme Pierre Prével, responsable du cabinet de conseil Jardin des Talents et secrétaire général de CoP-1, association qui réunit des praticiens de la gestion de la connaissance.

« Les communautés dont les missions sont liées à une fonction de l’entreprise ou en prise avec un métier survivent aux réorganisations, note le consultant. Je l’ai constaté à plusieurs reprises, notamment dans le cas des communautés de veille. » Le caractère transverse est un facteur de pérennité supplémentaire.

S’il arrive fréquemment que des communautés s’essoufflent, elles peuvent aussi s’inscrivent durablement dans le fonctionnement de l’entreprise et constituer un élément de stabilité.

Une concurrence fatale

Ce n’est malheureusement pas toujours le cas. Chez Areva, la communauté robotique, qui réunissait  tous les collaborateurs impliqués dans des projets en lien avec cette technologie, a vécu trois ans avant de disparaître après la scission de l’entreprise en plusieurs entités.

Elle aurait pu s’en remettre, mais le départ du sponsor a permis l’émergence d’un projet concurrent. La confiance entre les membres détruite, la communauté s’est éteinte. « Il faut prévoir les effets des réorganisations sur les communautés », remarque Martin Roulleaux-Dugage, vice-président innovation et expertise d’Areva.

Ces deux exemples ont été évoqués lors de la conférence annuelle de CoP-1 au cours de laquelle furent abordés de nombreux enjeux des communautés de pratique à travers des retours d’expérience. L’un d’eux était consacré à la valeur des communautés. Elle fait l’objet de notre article tendance de le semaine.

Promo Newsletter